Review | By Pierre Cécile / Le son du grisli #3
Katharina Klement | peripheries
Il faut souvent s’armer de patience avant d’écouter un disque Gruenrekorder – label, rappelons-le, spécialisé dans le eld recor- ding. Je veux dire : lire les textes qui posent le décor de l’enregistrement, relier des coordon- nées géographiques à des points cardinaux, voire suivre à la trace et au fur et à mesure de l’écoute le musicien (ou le capteur) qui a décidé, un beau jour, de livrer son travail sur CD. Avec la pianiste contemporaine Katharina Klement, c’est un peu di érent. J’explique : j’ai fait deux écoutes de Peripheries. Une sans m’intéresser à son projet, et en y laissant traî- ner mon oreille. []

Bookmark and Share